Les slammeurs à la conquête des capitales africaines

10-03-2010 12:06:37

Agrandir le texteRétrécir le texteEnvoyer a un amiImprimer l'articleÉcrire un commentaire

OILibreville, (OI) – Des collectifs de slammeurs africains des pays d’expression française dont le Gabon, le Niger, le Cameroun, le Mali, le Congo et le Burkina Faso entament une tournée dans les capitales africaines à partir de samedi prochain. Libreville où ce vaste projet a été présenté mardi sera la première étape de cette randonnée poétique qui s’achèvera le 10 avril prochain. 

Ce projet a été initié en 2009 par le centre culturel français de Libreville (CCF) avec le soutien de Cultures France. Selon les initiateurs,  il vise à offrir un appui structurel aux collectifs de jeunes slammeurs dans différentes capitales africaines.

 

Au travers des spectacles élaborés sur le thème ‘’Slamophonies’’, les jeunes poètes tenteront de fusionner leur désir d’unité à l’exploration de leurs différences, alliant l’effervescence du verbe à l’harmonie de la musicalité.

 

‘’Lors de leur passage dans les villes africaines retenues, ces poètes contemporains apporteront aux artistes locaux et aux passionnés de la poésie, l’occasion de découvrir la pratique du slam, en proposant des ateliers pédagogiques orientés autour des expressions poétiques contemporaines de la francophonie’’, ont affirmé les organisateurs de l’événement.   

 

Les slammeurs qui font partie de cette campagne, 18 au total, promettent des choses extraordinaires afin d’imposer leur mouvement et de faire émerger la poésie urbaine. Pour eux, cet événement est une école et une occasion leur permettant de s’enrichir de leurs différences.

 

‘’Cette rencontre avec les différentes ateliers qui sont organisés nous enrichissent énormément. Chaque jour nous apprenons à nous connaître et à mieux partager nos talents’’, a souligné le slammeurs camerounais Boudor.

 Arielle du groupe Eyo Slam du Gabon, la seule slammeuse de cette caravane africaine de la poésie urbaine a salué également le caractère pédagogique de ce rendez-vous, espérant que le slam finira tout comme le rap, à prendre son envol en Afrique d’ici quelques petites années.

[- Auteur: "OI" | - Source: "OI" | - Photo source: "OI"]



Dans La Même Rubrique

ÉDITORIAL

Biens "mal acquis" : un tintamarre médiatique et judicaire aux desseins machiavéliques

01-10-2015 09:36:04

OI Les médias francophones ont largement relayé l’affaire de la "saisie" d’une maison du Vésinet, près de Paris, appartenant à une société liée au neveu du Président congolais Denis Sassou N’Guesso, à l’initiative d’une association baptisée "Transparency International France". Peu nombreux en revanche sont ceux qui ont relaté la saisie de l’hôtel particulier acquis par l’Etat gabonais en 2010, au 51 rue de l’Université à Paris. Et certains se sont fait l’écho de la clôture de l’instruction diligentée contre Teodorin Obiang pour l’hôtel particulier qu’il avait acquis au 42 de l’Avenue Foch.

Lire l'article


ACTUALITÉS INTERNATIONALES

Burkina Faso : les lendemains du coup d’Etat

--

OI Des élections "rapidement", une loi électorale "frustrante", l'enquête sur la mort de Sankara : des sujets déjà sur le feu en attendant la suite des événements.

Lire l'article


Le nombre de migrants traversant la Méditerranée atteindrait 450 000 en 2016

--

OI Le nombre de migrants qui vont atteindre les côtes européennes après avoir traversé la Méditerranée devrait atteindre 450 000 en 2016, selon le Haut commissariat de l’ONU.  

Lire l'article


INTERVIEW DU MOIS

Interview-Ali Bongo : « Nous cédons nos hôtels particuliers à l’Etat gabonais »

25-09-2015 08:39:43

OI Pour le président du Gabon, environnement et migrations sont liés. Par ailleurs, il commente sa décision de renoncer à l’héritage de son père au profit de son pays et réagit aux polémiques avec la France. 

Lire l'article


PROVERBES

Proverbe- Ghana

14-03-2015 07:37:46

OIOn peut détester un chien, mais on ne peut pas renier la blancheur de ses dents.

Lire l'article


Proverbe Awandji

29-01-2009 23:48:56

newthink.centerblog.netBangu banongo bana bayendi mambungu ma ba mbaghi

Lire l'article