Gabon : Des sanctions exemplaires envers 6 policiers irrévérencieux

11-11-2015 06:29:28

Agrandir le texteRétrécir le texteEnvoyer a un amiImprimer l'articleÉcrire un commentaire

OI

Le ministère de l’Intérieur a tablé, le 10 novembre 2015, sur la responsabilité des Forces de police nationale (FPN) dans l’affaire des commerçantes dévêtues et du jeune commerçant auto-sacrifié. Par ailleurs, pour racket et usage d’arme automatique en public, 6 policiers vont écoper de sanctions exemplaires.



Le ministre de l’Intérieur, de la Décentralisation, de la Sécurité et de l’Hygiène publique, Pacôme Moubelet Boubeya a réuni, le lundi 10 novembre courant, la hiérarchie des FPN, emmenée par son Commandant en chef, le Général de brigade Clotaire Thierry Oye Zue, et comptant son adjoint, ainsi que le préfet de police de Libreville, le directeur de la Sécurité publique et celui de la voie publique.

Tout ce beau monde est passé au rapport, concernant les deux affaires qui défraient la chronique dans le pays : les commerçantes dévêtues et leur collègue auto-immolé par le feu. «Le Ministre de l’Intérieur voulait comprendre ce qui s’est réellement passé, réaffirmer les sanctions déjà prononcées à l’endroit des fautifs, puis rappeler les attentes fortes du président de la République, chef de l’Etat, chef Suprême des Forces de Défense et de Sécurité, vis-à-vis de la Police nationale», rapporte un communiqué du ministère de l’Intérieur.

Selon la note ministérielle, à l’issue des exposés du Commandant en chef de la Police nationale et de ses collaborateurs, il a été retenu qu’«aucun policier n’a déshabillé les femmes à l’ex-gare routière». Le texte précise qu’«elles l’étaient déjà ; et que toutes les tentatives pour les rhabiller étaient vaines face à leur détermination et à leur résistance à quitter la voie où elles se donnaient en spectacle». Ces agissements ont donc «poussé les agents de la force publique à leur passer des menottes». En outre, toujours selon le communiqué, les auteurs de la mise en ligne de la vidéo et leur chef hiérarchique ont écopé des sanctions conservatoires allant jusqu’à la suspension de leur solde tandis qu’il est précisé, concernant le jeune commerçant passé au sacrifice suprême, que son acte regrettable a été posé à l’extérieur de la Préfecture de police avant qu’il n’y ait pénétré déjà en flammes.

Pacôme Moubelet Boubeya n’a pas manqué de fustiger «la posture avilissante d’une frange des policiers agissant dans les marchés et sur la voie publique». Pour lui, ces comportements «ternissent le formidable travail accompli par les autres unités de la Police nationale». «Aucune loi n’autorise un policier à confisquer la marchandise d’un commerçant dans un commissariat», a déclaré Pacôme Moubelet Boubeya qui a instruit le Commandant en chef des Forces de Police nationale à prononcer, dans les brefs délais, des sanctions exemplaires à l’encontre de six (6) policiers parmi lesquels cinq ont été surpris en pleine tentative de racket, le 7 novembre,  au marché de Mont-Bouët tandis que le dernier a utilisé, sans motif valable, son arme de poing au milieu d’une foule dans un quartier de la capitale le week-end dernier.

Le ministre de l’Intérieur a invité la hiérarchie de la police à recadrer la troupe, à mettre fin à toutes les déviances qui déshonorent la police. Selon le même communiqué, il a marqué son satisfecit pour la Police citoyenne qui, de jour comme de nuit, travaille pour la sécurisation des personnes et de leurs biens, à travers la traque des bandits de grands chemins, la lutte contre l’immigration clandestine, la lutte contre les stupéfiants, etc.

 

Source : Gabonreview

 

[- Auteur: "OI" | - Source: "OI" | - Photo source: "OI"]



Dans La Même Rubrique

ÉDITORIAL

Biens "mal acquis" : un tintamarre médiatique et judicaire aux desseins machiavéliques

01-10-2015 09:36:04

OI Les médias francophones ont largement relayé l’affaire de la "saisie" d’une maison du Vésinet, près de Paris, appartenant à une société liée au neveu du Président congolais Denis Sassou N’Guesso, à l’initiative d’une association baptisée "Transparency International France". Peu nombreux en revanche sont ceux qui ont relaté la saisie de l’hôtel particulier acquis par l’Etat gabonais en 2010, au 51 rue de l’Université à Paris. Et certains se sont fait l’écho de la clôture de l’instruction diligentée contre Teodorin Obiang pour l’hôtel particulier qu’il avait acquis au 42 de l’Avenue Foch.

Lire l'article


ACTUALITÉS INTERNATIONALES

Burkina Faso : les lendemains du coup d’Etat

--

OI Des élections "rapidement", une loi électorale "frustrante", l'enquête sur la mort de Sankara : des sujets déjà sur le feu en attendant la suite des événements.

Lire l'article


Le nombre de migrants traversant la Méditerranée atteindrait 450 000 en 2016

--

OI Le nombre de migrants qui vont atteindre les côtes européennes après avoir traversé la Méditerranée devrait atteindre 450 000 en 2016, selon le Haut commissariat de l’ONU.  

Lire l'article


INTERVIEW DU MOIS

Interview-Ali Bongo : « Nous cédons nos hôtels particuliers à l’Etat gabonais »

25-09-2015 08:39:43

OI Pour le président du Gabon, environnement et migrations sont liés. Par ailleurs, il commente sa décision de renoncer à l’héritage de son père au profit de son pays et réagit aux polémiques avec la France. 

Lire l'article


PROVERBES

Proverbe- Ghana

14-03-2015 07:37:46

OIOn peut détester un chien, mais on ne peut pas renier la blancheur de ses dents.

Lire l'article


Proverbe Awandji

29-01-2009 23:48:56

newthink.centerblog.netBangu banongo bana bayendi mambungu ma ba mbaghi

Lire l'article