Le backbone à fibre optique du Gabon prend forme

12-12-2014 20:37:38

Agrandir le texteRétrécir le texteEnvoyer a un amiImprimer l'articleÉcrire un commentaire

OILes efforts visant à accélérer le développement numérique du Gabon ont été intensifiés au mois d’octobre, avec l’octroi par les autorités d’un contrat portant sur la mise en place du premier réseau par fibre optique transnational du pays, attendu de longue date.

Le câble constituera le réseau de collecte (backbone) d’un futur réseau de fibre optique, et jouera parallèlement un rôle majeur dans le cadre d’un vaste projet inter-régional de réseau à haut débit. Par ailleurs, le lancement progressif de la couverture 3G créera un certain nombre d’occasions d’expansion dans le secteur mobile. Une portée accrue Le 15 octobre, l’Agence nationale des infrastructures numériques et des fréquences (ANINF) a octroyé à China Communications Service International un contrat portant sur la pose d’un câble entre Libreville et Franceville, dans le sud-est du pays, qui sera par la suite étendu à un point d’ancrage à la frontière avec la République du Congo. Le projet s’inscrit dans le cadre de l’initiative Central African Backbone (CAB) de la Banque mondiale, dont l’objectif est d’assurer le déploiement d’un réseau haut débit interconnecté dans la région. La Banque mondiale a accordé une enveloppe de 58 millions de dollars pour financer la construction de la liaison gabonaise entre Libreville et la frontière congolaise, qui sera complétée par un financement de la Banque africaine de développement, de gouvernements locaux et de partenaires privés. D’après les estimations de la Banque, le coût total du projet s’élèvera à quelque 109 millions de dollars. L’initiative CAB a été lancée il y a quatre ans. En décembre 2012, le Gabon a achevé la liaison à un second câble à fibre optique sous-marin, qui était nécessaire pour permettre la mise en place d’un réseau à haut débit national, et fournir un accès à large bande pour cette initiative. Dénommé Africa Coast to Europe (ACE), ce câble a permis de tripler les capacités nationales, passées de 1.2 Gb/s à 4.9 Gb/s, même si la construction du backbone Libreville-Franceville a été reportée plus d’un an, dans l’attente de la création d’un organisme indépendant ayant pour mandat de gérer les infrastructures ICT publiques. La construction du segment gabonais a fait l’objet d’un appel d’offres au premier trimestre 2014. En octobre, l’ANINF a officiellement transféré le projet à l’organisme indépendant chargé de gérer le réseau de fibre optique et d’autres infrastructures ICT publiques, la Société de patrimoine des infrastructures numériques. Le réseau de fibre optique de 1 075 kilomètres traversera cinq provinces entre Libreville et la frontière congolaise dans le sud-est : Estuaire, Moyen-Ogooué, Ogooué-Lolo, Ogooué-Ivindo et Haut-Ogooué. Les autorités gabonaises prévoient de procéder à des extensions de ce backbone est-ouest vers les autres capitales provinciales. Sur le segment congolais du réseau CAB, qui s’étendra d’un point d’atterrissement côtier à Pointe-Noire à la frontière gabonaise via Dolisie et Mbinda, les travaux sont bien avancés. La première phase du projet devrait être achevée d’ici à la fin de l’année, et permettra la construction d’infrastructures, qui devrait débuter au premier trimestre 2015. Aller de l’avant Le segment gabonais des télécommunications mobiles est extrêmement compétitif, mais l’utilisation des réseaux fixe et haut débit a été limitée en partie par une connectivité par fibre optique insuffisante. L’expansion des données mobiles devrait néanmoins contribuer à remédier à ce problème. Au cours du premier trimestre, le nombre d’abonnés à Internet a progressé de 16 % sur 12 mois, pour s’établir à 657 928 personnes, ce qui porte le taux de pénétration d’Internet à 43 %, d’après l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes. Le nombre d’internautes mobiles a enregistré un sursaut de 79.7 % en 2012, puis de 26.3 % en 2013, pour atteindre près de 583 000 fin 2013, soit près d’un tiers de la population. Ces chiffres devraient continuer à augmenter. Les capacités haut débit offertes par l’ACE, et disponibles grâce au réseau national de fibre optique, sont devenues un levier important de l’activité économique depuis le lancement de la 3G en 2014. Deux opérateurs de services mobiles, Airtel et Gabon Télécom Mobile, ont lancé un service 3G en 2014, tandis que Gabon Télécom, détenu majoritairement par le groupe Maroc Telecom, a annoncé en octobre son intention de passer directement à la 4G. Avec la baisse des prix générée par la concurrence, le pays devrait observer une augmentation soutenue de la demande de capacités haut débit.

Source : Oxford Business Group

[- Auteur: "OI" | - Source: "OI" | - Photo source: "OI"]



Dans La Même Rubrique

ÉDITORIAL

Biens "mal acquis" : un tintamarre médiatique et judicaire aux desseins machiavéliques

01-10-2015 09:36:04

OI Les médias francophones ont largement relayé l’affaire de la "saisie" d’une maison du Vésinet, près de Paris, appartenant à une société liée au neveu du Président congolais Denis Sassou N’Guesso, à l’initiative d’une association baptisée "Transparency International France". Peu nombreux en revanche sont ceux qui ont relaté la saisie de l’hôtel particulier acquis par l’Etat gabonais en 2010, au 51 rue de l’Université à Paris. Et certains se sont fait l’écho de la clôture de l’instruction diligentée contre Teodorin Obiang pour l’hôtel particulier qu’il avait acquis au 42 de l’Avenue Foch.

Lire l'article


ACTUALITÉS INTERNATIONALES

Burkina Faso : les lendemains du coup d’Etat

--

OI Des élections "rapidement", une loi électorale "frustrante", l'enquête sur la mort de Sankara : des sujets déjà sur le feu en attendant la suite des événements.

Lire l'article


Le nombre de migrants traversant la Méditerranée atteindrait 450 000 en 2016

--

OI Le nombre de migrants qui vont atteindre les côtes européennes après avoir traversé la Méditerranée devrait atteindre 450 000 en 2016, selon le Haut commissariat de l’ONU.  

Lire l'article


INTERVIEW DU MOIS

Interview-Ali Bongo : « Nous cédons nos hôtels particuliers à l’Etat gabonais »

25-09-2015 08:39:43

OI Pour le président du Gabon, environnement et migrations sont liés. Par ailleurs, il commente sa décision de renoncer à l’héritage de son père au profit de son pays et réagit aux polémiques avec la France. 

Lire l'article


PROVERBES

Proverbe- Ghana

14-03-2015 07:37:46

OIOn peut détester un chien, mais on ne peut pas renier la blancheur de ses dents.

Lire l'article


Proverbe Awandji

29-01-2009 23:48:56

newthink.centerblog.netBangu banongo bana bayendi mambungu ma ba mbaghi

Lire l'article