La IIe édition du concours littéraire des Editions Amaya sous le thème de la protection de la nature

15-10-2014 19:02:09

Agrandir le texteRétrécir le texteEnvoyer a un amiImprimer l'articleÉcrire un commentaire

OI

Un programme de communication animé par le professeur Didier Taba vient d’être lancé à Libreville, en vue d’annoncer la tenue dans les prochains mois de la 2e édition du concours littéraire organisé par les Editions Amaya.



Les préoccupations environnementales au cœur des grandes rencontres internationales et des politiques gouvernementales n’ont pas manqué d’attirer l’attention du comité d’organisation de ce concours. Pour preuve, le thème de cette IIe édition est : « La nature, préservation-là ». Les candidats, notamment les jeunes Gabonais de 10 à 27 ans, ont été déjà invités à réfléchir et à préparer leurs manuscrits en rapport avec ce thème, en attendant les ateliers d’écriture, qui leur seront offerts gratuitement par la maison d’édition. Occasion pour les écrivains en herbe d’apprendre quelques techniques narratives et de rédaction littéraire.

 

Le président du jury du concours et porte-parole du comité d’organisation, Didier Taba Odounga explique le choix du thème central de la IIe édition : ‘’La communauté internationale est préoccupée par les questions de climat et de la préservation de l’environnement. Il y a un effort collectif visant à sauver notre planète de l’action anthropique. Les Editions Amaya veulent à travers le thème de cette IIe édition du concours littéraire participer au travail de conscientisation des masses face aux enjeux environnementaux. Nous attendons des candidats qu’ils proposent, puisant dans l’imaginaire, des histoires susceptibles de conduire les lecteurs à la prise de conscience effective de la nécessité de préserver la nature’’.

 

Les  inscriptions au concours littéraire seront ouvertes le 5 janvier 2015 et se poursuivront jusqu’au 4 avril.  Les lauréats seront connus le 27 juin 2015. Le concours compte deux sections, dont le prix « Aurore jeune talent » articulé autour des genres littéraires de la nouvelle, de la poésie, du récit, du conte et du slam, et le prix « Elios du premier roman » concernant tous les types de romans écrits en prose.

 

Selon la fondatrice des Editions Amaya, Solange Andagui Bongo Ayouma, écrivain et médecin-pédiatre, ce concours a été initié afin de promouvoir la littérature et la culture gabonaises, mais surtout encourager et susciter l’émergence de nouveaux talents littéraires et artistiques au Gabon.

[- Auteur: "OI" | - Source: "OI" | - Photo source: "OI"]



Dans La Même Rubrique

ÉDITORIAL

Biens "mal acquis" : un tintamarre médiatique et judicaire aux desseins machiavéliques

01-10-2015 09:36:04

OI Les médias francophones ont largement relayé l’affaire de la "saisie" d’une maison du Vésinet, près de Paris, appartenant à une société liée au neveu du Président congolais Denis Sassou N’Guesso, à l’initiative d’une association baptisée "Transparency International France". Peu nombreux en revanche sont ceux qui ont relaté la saisie de l’hôtel particulier acquis par l’Etat gabonais en 2010, au 51 rue de l’Université à Paris. Et certains se sont fait l’écho de la clôture de l’instruction diligentée contre Teodorin Obiang pour l’hôtel particulier qu’il avait acquis au 42 de l’Avenue Foch.

Lire l'article


ACTUALITÉS INTERNATIONALES

Burkina Faso : les lendemains du coup d’Etat

--

OI Des élections "rapidement", une loi électorale "frustrante", l'enquête sur la mort de Sankara : des sujets déjà sur le feu en attendant la suite des événements.

Lire l'article


Le nombre de migrants traversant la Méditerranée atteindrait 450 000 en 2016

--

OI Le nombre de migrants qui vont atteindre les côtes européennes après avoir traversé la Méditerranée devrait atteindre 450 000 en 2016, selon le Haut commissariat de l’ONU.  

Lire l'article


INTERVIEW DU MOIS

Interview-Ali Bongo : « Nous cédons nos hôtels particuliers à l’Etat gabonais »

25-09-2015 08:39:43

OI Pour le président du Gabon, environnement et migrations sont liés. Par ailleurs, il commente sa décision de renoncer à l’héritage de son père au profit de son pays et réagit aux polémiques avec la France. 

Lire l'article


PROVERBES

Proverbe- Ghana

14-03-2015 07:37:46

OIOn peut détester un chien, mais on ne peut pas renier la blancheur de ses dents.

Lire l'article


Proverbe Awandji

29-01-2009 23:48:56

newthink.centerblog.netBangu banongo bana bayendi mambungu ma ba mbaghi

Lire l'article