Près de 10 000 jeunes sensibilisés sur les questions de démocratie et deds processus électoraux

14-06-2014 10:34:34

Agrandir le texteRétrécir le texteEnvoyer a un amiImprimer l'articleÉcrire un commentaire

OI

A mi-parcours du projet ‘’Appui à l’implication des jeunes dans les processus électoraux au Gabon’’,  Georges Mpaga président du réseau des organisations libres de la bonne gouvernance au Gabon (ROLBG) et directeur du projet cité, a déclaré ce mardi lors d’une interview accordée à notre rédaction que près de 10 000 jeunes gabonais ont été sensibilisés et formés sur les questions de démocratie et des processus électoraux. Rencontre avec un homme de convictions.



 OI : Quel est votre sentiment à mi-parcours du projet d’Appui à l’implication des jeunes dans les processus électoraux au Gabon ?

Georges Mpaga : C’est un sentiment de satisfaction et de fierté. Pour la première fois au Gabon, nous avons dispensé des enseignements sur la démocratie et les processus électoraux dans les établissements  secondaires et les universités du Gabon.

OI : Quels sont les établissements secondaires ou universitaires ciblés ?

Georges Mpaga : Nous avons été dans le Woleu-Ntem, notamment à Oyem où nous avons touché plus de neuf établissements scolaires. Nous avons sensibilisé les élèves sur les droits civiques, les principes démocratiques de façon générale et sur la Constitution gabonaise et cela grâce au soutien du fond des nations unies pour la démocratie  (FNUD).  Nous étions également à Port-Gentil, à Lambaréné, à Owendo et à Libreville où nous avons formé des milliers de jeunes. 9771 jeunes ont été touchés, dont 6000 lors de la campagne de sensibilisation, 1200 lors de l’enquête d’état au démarrage du projet, 975 lors des conférences, 1296 au cours des causeries et 300 jeunes lors des universités d’Oyem.  L’opération était un véritable succès. Nous avons également créé des cellules de promotion de la démocratie un peu partout.

OI : Les jeunes se sont-ils  montrés intéressés aux questions de démocratie lors de vos campagnes de sensibilisation ?

Georges Mpaga : Nous avons constaté qu’il ya une soif de démocratie chez les jeunes. Ils souhaitent participer à tous les niveaux à la prise des décisions politiques. Ils se sont exprimés librement et nous pensons que beaucoup parmi eux deviendront des acteurs politiques de premier plan dans notre pays. L’organisation de la première université d’été à Oyem a libéré la parole des jeunes et nous osons croire qu’ils prendront une part active aux prochaines opérations de vote au Gabon. Nous sommes aujourd’hui en train de construire une entreprise qui va impacter positivement sur le développement démocratique de notre pays.

OI : Nous savons que le projet d’Appui à l’implication des jeunes dans les processus électoraux prend fin en mars 2015.Pensez-vous  d’ici là atteindre les objectifs fixés?

Georges Mpaga : Beaucoup de choses vont être réalisées dans le cadre de ce projet d’ici mars 2015. Les jeunes réclament des formations sur le long terme. Notamment avec l’organisation de la présidentielle dans notre pays en 2016, nous pensons qu’il faudra poursuivre les formations et notre partenariat avec le FNUD qui a rendu possible toutes les activités que nous avons  mené sur le terrain. Les prochaines élections devront être une nouvelle espérance démocratique au Gabon, notamment avec la participation massive des jeunes.

OI : Quelles sont les prochaines étapes du projet ?

Georges Mpaga : Nous devrons organiser très prochainement trois universités d’été, à Lambaréné, Libreville et Port-Gentil et poursuivre les campagnes de sensibilisation dans les écoles, les lycées et universités. Il y’aura également un concert et un forum national sur le thème de la démocratie au Gabon. D’ici là des plateformes de discussion entre les jeunes seront mises en place dans les cinq localités concernées par le projet.

OI : Votre mot de fin

Georges Mpaga : Il faut rendre la démocratie au peuple et  donner la voix aux jeunes. Mais il faut les former avant tout.

[- Auteur: "OI" | - Source: "OI" | - Photo source: "OI"]



Dans La Même Rubrique

ÉDITORIAL

Biens "mal acquis" : un tintamarre médiatique et judicaire aux desseins machiavéliques

01-10-2015 09:36:04

OI Les médias francophones ont largement relayé l’affaire de la "saisie" d’une maison du Vésinet, près de Paris, appartenant à une société liée au neveu du Président congolais Denis Sassou N’Guesso, à l’initiative d’une association baptisée "Transparency International France". Peu nombreux en revanche sont ceux qui ont relaté la saisie de l’hôtel particulier acquis par l’Etat gabonais en 2010, au 51 rue de l’Université à Paris. Et certains se sont fait l’écho de la clôture de l’instruction diligentée contre Teodorin Obiang pour l’hôtel particulier qu’il avait acquis au 42 de l’Avenue Foch.

Lire l'article


ACTUALITÉS INTERNATIONALES

Burkina Faso : les lendemains du coup d’Etat

--

OI Des élections "rapidement", une loi électorale "frustrante", l'enquête sur la mort de Sankara : des sujets déjà sur le feu en attendant la suite des événements.

Lire l'article


Le nombre de migrants traversant la Méditerranée atteindrait 450 000 en 2016

--

OI Le nombre de migrants qui vont atteindre les côtes européennes après avoir traversé la Méditerranée devrait atteindre 450 000 en 2016, selon le Haut commissariat de l’ONU.  

Lire l'article


INTERVIEW DU MOIS

Interview-Ali Bongo : « Nous cédons nos hôtels particuliers à l’Etat gabonais »

25-09-2015 08:39:43

OI Pour le président du Gabon, environnement et migrations sont liés. Par ailleurs, il commente sa décision de renoncer à l’héritage de son père au profit de son pays et réagit aux polémiques avec la France. 

Lire l'article


PROVERBES

Proverbe- Ghana

14-03-2015 07:37:46

OIOn peut détester un chien, mais on ne peut pas renier la blancheur de ses dents.

Lire l'article


Proverbe Awandji

29-01-2009 23:48:56

newthink.centerblog.netBangu banongo bana bayendi mambungu ma ba mbaghi

Lire l'article