Cameroun : Boko Haram, les otages et le business

16-04-2014 09:58:49

Agrandir le texteRétrécir le texteEnvoyer a un amiImprimer l'articleÉcrire un commentaire

OI

Le mode opératoire des preneurs des otages occidentaux dans la région de l’Extrême Nord est récurrent. Le constat que l’on peut désormais faire est que les complicités semblent désormais établies au sein des populations locales qui ordonnent des affaires juteuses avec les terroristes.



Le mode opératoire des preneurs des otages occidentaux dans la région de l’Extrême Nord est récurrent. Le constat que l’on peut désormais faire est que les complicités semblent désormais établies au sein des populations locales qui ordonnent des affaires juteuses avec les terroristes.

Le ministre délégué à la présidence de la République chargé de la Défense, se trouve depuis près d’une semaine dans le septentrion camerounais. Officiellement, Edgar Alain Mebe Ngo’o est allé installer les hauts responsables des unités des forces de défense, récemment nommés par un décret du président de la République. Le Mindef sillonne respectivement les régions de l’Adamaoua, du Nord et de l’Extrême-Nord, où il a fait une halte spéciale pour cause d’enlèvement depuis samedi 6 avril 2014 de deux prêtres de nationalité italienne et d’une religieuse canadienne, tous ouvriers apostoliques du diocèse de Maroua-Mokolo. Même si le groupe terroriste Boko Haram, basé principalement au Nigeria, n’a pas encore revendiqué les enlèvements des pères Giampaolo Marta et Gianantonio Allegri, et de la religieuse canadienne, il n’y a aucun doute qu’il s’agit bien de ces bandits de grand chemin qui se retrouvent une fois de plus derrière cette action néfaste. Le Mindef au cours de ce séjour au Grand Nord est justement allé à la rencontre des ouvriers apostoliques du diocèse de Maroua-Mokolo, pour essayer de les rassurer. On se souvient qu’il y a trois mois à peu près, ceux-ci avaient déjà vu l’un des leurs, en la personne du père Georges Vandenbeusch, être enlevé, puis libéré au prix d’âpres négociations, et surtout le payement d’une rançon par l’Etat du Cameroun selon certaines indiscrétions. Face à ces missionnaires étrangers apeurés, parce que devenus la cible des malfaiteurs qui se font du business sur leurs personnes, le ministre Edgar Alain Mebe Ngo’o a promis que l’Etat du Cameroun fera tout, non seulement pour que les deux prêtres et la religieuse soient retrouvés, mais aussi pour que la sécurité de tous soit désormais assurée. Des frontières pourtant militarisés Dans le souci de contrôler ses frontières, l’Etat du Cameroun a créé des nouvelles unités bataillons des forces de défenses qui sont postées dans la quasi-totalité des frontières dites à risque. C’est le cas de l’Est-Cameroun, mais aussi de la longue frontière que le Cameroun a avec le Nigeria. Interrogé par nos confrères de l’Apf, le gouverneur de la région de l’Extrême-Nord Awa Fonka Augustine a affirmé que « l’effectif des forces de l’ordre et de défense a presque doublé » dans son unité de commandement. Cela signifie que connaissant le système qui nous gouverne, avec notamment la rudesse de ses mains dans la mécanique de la répression, non seulement des nouveaux éléments récemment recrutés ont été déployés sur le terrain de manière dynamique, mais aussi une logistique de combat « de dernier cri». Une source militaire proche du ministère de la Défense confiait récemment au Messager que «contrairement à ce que les gens peuvent dire ou croire, le Cameroun a aujourd’hui acquis un niveau d’armement jamais égalé depuis l’indépendance. On peut même dire sans aucune nuance qu’en Afrique centrale à l’heure actuelle, aucun pays n’égale le Cameroun en termes de logistiques d’armements. »Soit ! Mais qu’est-ce qui fait donc que curieusement, les enlèvements des étrangers principalement européens, deviennent récurrents dans notre pays ? Voilà la question qui, en ce moment doit certainement préoccuper les autorités en charge de la sécurité du Cameroun.

 

 

 Source : www.cameroon-info.Net

[- Auteur: "OI" | - Source: "OI" | - Photo source: "OI"]



Dans La Même Rubrique

ÉDITORIAL

Biens "mal acquis" : un tintamarre médiatique et judicaire aux desseins machiavéliques

01-10-2015 09:36:04

OI Les médias francophones ont largement relayé l’affaire de la "saisie" d’une maison du Vésinet, près de Paris, appartenant à une société liée au neveu du Président congolais Denis Sassou N’Guesso, à l’initiative d’une association baptisée "Transparency International France". Peu nombreux en revanche sont ceux qui ont relaté la saisie de l’hôtel particulier acquis par l’Etat gabonais en 2010, au 51 rue de l’Université à Paris. Et certains se sont fait l’écho de la clôture de l’instruction diligentée contre Teodorin Obiang pour l’hôtel particulier qu’il avait acquis au 42 de l’Avenue Foch.

Lire l'article


ACTUALITÉS INTERNATIONALES

Burkina Faso : les lendemains du coup d’Etat

--

OI Des élections "rapidement", une loi électorale "frustrante", l'enquête sur la mort de Sankara : des sujets déjà sur le feu en attendant la suite des événements.

Lire l'article


Le nombre de migrants traversant la Méditerranée atteindrait 450 000 en 2016

--

OI Le nombre de migrants qui vont atteindre les côtes européennes après avoir traversé la Méditerranée devrait atteindre 450 000 en 2016, selon le Haut commissariat de l’ONU.  

Lire l'article


INTERVIEW DU MOIS

Interview-Ali Bongo : « Nous cédons nos hôtels particuliers à l’Etat gabonais »

25-09-2015 08:39:43

OI Pour le président du Gabon, environnement et migrations sont liés. Par ailleurs, il commente sa décision de renoncer à l’héritage de son père au profit de son pays et réagit aux polémiques avec la France. 

Lire l'article


PROVERBES

Proverbe- Ghana

14-03-2015 07:37:46

OIOn peut détester un chien, mais on ne peut pas renier la blancheur de ses dents.

Lire l'article


Proverbe Awandji

29-01-2009 23:48:56

newthink.centerblog.netBangu banongo bana bayendi mambungu ma ba mbaghi

Lire l'article