Le Cap Estérias, un village touristique à promouvoir

30-03-2014 12:55:45

Agrandir le texteRétrécir le texteEnvoyer a un amiImprimer l'articleÉcrire un commentaire

OI

La localité du Cap Estérias très prisée par les touristes, à quelques kilomètres de Libreville la capitale gabonaise, regorge d'énormes  richesses naturelles. Mais la zone n’est pas suffisamment pourvue en équipements collectifs pour répondre aux besoins des visiteurs.



Assis autour d'une table en train de jouer les cartes, ces cinq pères de familles dont le notable Antoine Ekobo connaissent la valeur de leur localité.  ‘’Nous ne quitterons jamais le Cap Estérias. C’est un village paradisiaque. De nombreux touristes y viennent pour découvrir les merveilles du Gabon. Nous avons la plage, une pêche artisanale très développée et l'élevage de fruits de mers tels que les huîtres, les couteaux de mer >>, clame fièrement le quinquagénaire. Son discours est appuyé par deux autres hommes assis en face de lui, qui préviennent qu'ils ne diront aucun mal de leur village, dont ils sont très fiers. Il faut dire en effet que le Cap Estérias, n'est pas un village comme un autre au Gabon. Situé à une vingtaine de kilomètres de Libreville, il regorge une végétation dense et un parc naturel où il fait bon vivre. L'air y est pur. Et le calme est de mise, loin de la capitale qui grouille de monde, asphyxiée par le bruit des moteurs des voitures.

Sur la longue route qui mène à la plage, on peut trouver notamment les week-ends, plusieurs dizaines de gros véhicules, dont de nombreux 4x4, alignés les uns après les autres et  appartenant aux touristes.  Sur la plage, au sable très fin, des enfants, jeunes filles et jeunes garçons s'amusent. Les touristes, souvent venus en famille, profitent aussi du beau temps. Parmi eux, le Turc Fettah Alpat, directeur général de la société de construction Dorce Gabon depuis 2012. Selon lui, le Cap Estérias a beaucoup d'avenir mais les autorités devraient y injecter des moyens pour développer les infrastructures. << Le village a beaucoup de potentiel mais il est comme abandonné. Son potentiel n'est pas suffisamment exploité. D'après lui, il faudrait aussi construire des hôtels pour accueillir les touristes qui se bousculent aux portes du ''petit paradis''. Il y a des besoins et une vraie demande >>, clame-t-il.

A quelques pas plus loin, on aperçoit deux femmes assises en face de la plage. L'une d'elle, Beti, vend des boissons fraîches et sa voisine Marguerite des fruits de mer. Mais les deux Gabonaises se plaignent du manque cruel de moyens au sein de la localité pour commercialiser leurs produits. Pour Béti, il faudrait qu'un marché soit mis sur pied pour pouvoir effectuer des activités commerciales. << Il n'y a pas d'espace commerciale dans la localité et c'est le principal problème du Cap Estérias, alors que les touristes sont présents. On devrait gagner gros si on avait un marché dans la zone >>, rouspète-t-elle. Elle déplore également le fait qu'il n'y a pas de livreur de marchandises ni de grossistes. << Je suis souvent obligée de me rendre à Libreville pour acheter mes produits. Or le transport coûte très cher >>. Selon elle, le village regorge aussi de noix de palme qui pourraient être commercialisées mais << malheureusement personne ici n'a les moyens nécessaires pour exploiter ce filon >>, déplore la quadragénaire. Pour sa compatriote, assise à ses côtés, le plus grand problème réside dans l'absence des moyens de transport pour les enfants, notamment qui doivent traverser des kilomètres pour se rendre quotidiennement à l'école. << Ici il n'y a pas beaucoup d'écoles dans les villages, ni de bus. Donc les enfants doivent se lever très tôt pour se rendre dans leurs établissements scolaires. ‘’Les politiques doivent nous aider’’.

En dépit du manque de moyens et infrastructures, le village attire aussi beaucoup d'immigrés en situation irrégulière. Ces derniers transitent par là pour rallier Libreville et nombreux tombent dans les mailes des éléments des forces de l’ordre. Avec un peu de volonté politique, le Cap Estérias peut devenir d’ici quelques années, l’épicentre de l’économie touristique du pays.

[- Auteur: "OI" | - Source: "OI" | - Photo source: "OI"]



Dans La Même Rubrique

ÉDITORIAL

Biens "mal acquis" : un tintamarre médiatique et judicaire aux desseins machiavéliques

01-10-2015 09:36:04

OI Les médias francophones ont largement relayé l’affaire de la "saisie" d’une maison du Vésinet, près de Paris, appartenant à une société liée au neveu du Président congolais Denis Sassou N’Guesso, à l’initiative d’une association baptisée "Transparency International France". Peu nombreux en revanche sont ceux qui ont relaté la saisie de l’hôtel particulier acquis par l’Etat gabonais en 2010, au 51 rue de l’Université à Paris. Et certains se sont fait l’écho de la clôture de l’instruction diligentée contre Teodorin Obiang pour l’hôtel particulier qu’il avait acquis au 42 de l’Avenue Foch.

Lire l'article


ACTUALITÉS INTERNATIONALES

Burkina Faso : les lendemains du coup d’Etat

--

OI Des élections "rapidement", une loi électorale "frustrante", l'enquête sur la mort de Sankara : des sujets déjà sur le feu en attendant la suite des événements.

Lire l'article


Le nombre de migrants traversant la Méditerranée atteindrait 450 000 en 2016

--

OI Le nombre de migrants qui vont atteindre les côtes européennes après avoir traversé la Méditerranée devrait atteindre 450 000 en 2016, selon le Haut commissariat de l’ONU.  

Lire l'article


INTERVIEW DU MOIS

Interview-Ali Bongo : « Nous cédons nos hôtels particuliers à l’Etat gabonais »

25-09-2015 08:39:43

OI Pour le président du Gabon, environnement et migrations sont liés. Par ailleurs, il commente sa décision de renoncer à l’héritage de son père au profit de son pays et réagit aux polémiques avec la France. 

Lire l'article


PROVERBES

Proverbe- Ghana

14-03-2015 07:37:46

OIOn peut détester un chien, mais on ne peut pas renier la blancheur de ses dents.

Lire l'article


Proverbe Awandji

29-01-2009 23:48:56

newthink.centerblog.netBangu banongo bana bayendi mambungu ma ba mbaghi

Lire l'article