Le Gabon, une puissance agricole en devenir?

25-10-2013 01:28:08

Agrandir le texteRétrécir le texteEnvoyer a un amiImprimer l'articleÉcrire un commentaire

OI

Libreville, (Ogooueinfos.com) - La volonté des autorités de Libreville de faire du Gabon une puissance agricole africaine est l’une des raisons qui expliquent la tenue depuis le 21 octobre dernier dans la capitale gabonaise de la première foire agricole internationale du pays, couplée avec les premières assises nationales de l’agriculture.



Le Gabon exporte actuellement plus de 75% de ses produits alimentaires et l’agriculture contribue à moins de 5% du PIB.  Une situation qui contraste avec les conditions agro-écologiques très favorables, avec d’importantes ressources en eau et terres cultivables.  Le gouvernement est décidé de booster le secteur en s’appropriant l’exemple des pays tels que le Maroc, invité d’honneur de ces assises dont le thème principal raisonne comme une injonction catégorique : ‘’ Transformer le secteur agricole pour favoriser une croissance économique durable et inclusive’’.

L’Etat prêt à mobiliser les moyens pour booster le secteur agricole

Le premier ministre gabonais, Raymond Ndong Sima  a enjoint il y a deux jours les experts réunis à Libreville à l’occasion de ces assises sur l’agriculture à réfléchir afin de  trouver des solutions concrètes pouvant permettre au Gabon de relever d’ici quelques années 4 défis majeurs,  à savoir : nourrir la population en quantité et en qualité, accroître la production agricole par l’augmentation des surfaces cultivées, freiner l’exode rural en revitalisant les territoires ruraux et en améliorant les revenus des populations rurales et acquérir des parts de marché au niveau régional et international en positionnant le Gabon comme pays exportateur des produits agricoles. L’Etat est prêt à dégager les fonds nécessaires et à mobiliser les moyens  matériels pour y arriver.

Ces dernières années, de nombreuses initiatives ont été prises par le gouvernement et des réformes initiées.  Il en est ainsi de la création de six fermes agropastorales réparties sur l’ensemble du territoire. Dans l’avenir l’Etat compte créer des agropoles, qui seront des zones de production intensive et de transformation des produits agricoles. D’autres mesures seront prises, selon des sources gouvernementales, afin d’inciter surtout les jeunes et les femmes à devenir des entrepreneurs agricoles. Lesquels bénéficieront des programmes de renforcement des capacités techniques et même des subventions.

Compter sur les paysans pour atteindre l’autosuffisance alimentaire

Les graines de la future agriculture nationale sont déjà sous la terre et bénéficient de bonnes conditions de germination. Et,  l’espoir d’atteindre d’ici quelques années l’autosuffisance alimentaire est immense. Les paysans s’organisent déjà et nombreux sont présents à cette foire agricole. Il faut compter sur eux pour révolutionner l’agriculture gabonaise. Sans de gros moyens, certains fabriquent déjà le beurre, le savon, les crèmes de beauté,  la farine et des pommades à base des produits locaux, issus de l’agriculture bio. Avec le soutien de l’Etat et des partenaires au développement, ils sont capables de faire des prouesses. ‘’Il nous faut des machines pour écraser le manioc et le cacao. Ce n’est pas facile d’avoir une production agricole suffisante  sans modernisation des techniques de travail. Il faut aussi de bonnes routes pour acheminer les produits vers les grands centres urbains où le marché est important. La terre ne trahit pas. J’invite les femmes à s’organiser en coopérative pour relever le défi de l’autosuffisance alimentaire. Nous en sommes capables’’, a déclaré Jeanne Bignoumba, présidente de l’association des femmes autonomes du Gabon.

La foire agricole internationale de Libreville et les assises nationales sur l’agriculture prennent fin dimanche. Elles ont été précédées par la tenue dans la capitale gabonaise de la 2e conférence africaine de l’huile de palme, rappelle-t-on.

[- Auteur: "OI" | - Source: "OI" | - Photo source: "OI"]



Dans La Même Rubrique

ÉDITORIAL

Biens "mal acquis" : un tintamarre médiatique et judicaire aux desseins machiavéliques

01-10-2015 09:36:04

OI Les médias francophones ont largement relayé l’affaire de la "saisie" d’une maison du Vésinet, près de Paris, appartenant à une société liée au neveu du Président congolais Denis Sassou N’Guesso, à l’initiative d’une association baptisée "Transparency International France". Peu nombreux en revanche sont ceux qui ont relaté la saisie de l’hôtel particulier acquis par l’Etat gabonais en 2010, au 51 rue de l’Université à Paris. Et certains se sont fait l’écho de la clôture de l’instruction diligentée contre Teodorin Obiang pour l’hôtel particulier qu’il avait acquis au 42 de l’Avenue Foch.

Lire l'article


ACTUALITÉS INTERNATIONALES

Burkina Faso : les lendemains du coup d’Etat

--

OI Des élections "rapidement", une loi électorale "frustrante", l'enquête sur la mort de Sankara : des sujets déjà sur le feu en attendant la suite des événements.

Lire l'article


Le nombre de migrants traversant la Méditerranée atteindrait 450 000 en 2016

--

OI Le nombre de migrants qui vont atteindre les côtes européennes après avoir traversé la Méditerranée devrait atteindre 450 000 en 2016, selon le Haut commissariat de l’ONU.  

Lire l'article


INTERVIEW DU MOIS

Interview-Ali Bongo : « Nous cédons nos hôtels particuliers à l’Etat gabonais »

25-09-2015 08:39:43

OI Pour le président du Gabon, environnement et migrations sont liés. Par ailleurs, il commente sa décision de renoncer à l’héritage de son père au profit de son pays et réagit aux polémiques avec la France. 

Lire l'article


PROVERBES

Proverbe- Ghana

14-03-2015 07:37:46

OIOn peut détester un chien, mais on ne peut pas renier la blancheur de ses dents.

Lire l'article


Proverbe Awandji

29-01-2009 23:48:56

newthink.centerblog.netBangu banongo bana bayendi mambungu ma ba mbaghi

Lire l'article